Return to site

Paiement instantané : une mise en place très progressive

Article par Sven Radulovic

S’il n’existe pas de calendrier, l’univers bancaire se prépare à vivre une petite révolution en accélérant le traitement des paiements bancaires pour les rendre instantanés. Reste que la mise en place, elle, ne l’est pas et demande malgré tout aux établissements une transformation en profondeur de leurs systèmes d’information. 

Le carnet de chèque, l’argent liquide et même la carte bancaire vivent probablement leurs dernières heures. Face à une demande importante et à de nouveaux acteurs toujours plus inventifs, les banques ne peuvent plus remettre à demain ce que d’autres font depuis hier et ont dû entamer la mise en place du désormais célèbre paiement instantané. Un mouvement international où l’Europe, en termes d’avancées, n’a pas à rougir. Juste derrière l’Asie, le Vieux Continent a déjà défini ses règles et la technologie est opérationnelle. 

Le système permet le transfert électronique d'argent progressivement dans toute l'Europe en moins de dix secondes, à tout moment et n'importe quel jour de l'année. Y compris les week-ends et les jours fériés. Tout ne repose plus que sur la capacité des établissements à adopter le système et à s’y adapter. En France, le groupe BPCE aura été le premier à mettre à disposition le nouveau service depuis le 10 juillet 2018. Une première, certes, mais toutefois limitée puisque cela ne concerne dans un premier temps que les paiements relatifs aux remboursements des assurés de sa filiale Natixis. Un bon début, mais il faudra attendre 2022 pour envisager de payer instantanément un commerçant avec son smartphone. Alors, pourquoi de tels délais ? La réponse est assez simple : la mise en place de ce nouveau dispositif contraint les établissements à mettre en place un grand nombre de chantiers qui ne peuvent être opérés que graduellement. 

Lire la suite sur Finyear

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly