Return to site

Blockchain et informatique quantique

Interview de Didier Wylomanski

Entretien avec Didier Wylomanski, Directeur commercial France et Maghreb chez Gemalto, sur l’essor de l’informatique quantique et son impact sur la viabilité de la Blockchain et le protocole Bitcoin.

La puissance de l’informatique quantique doit-elle prioritairement être orientée vers la cybersécurité ou le chiffrement ? Quel est son impact le plus significatif ? 

Comme toutes les technologies, l'informatique quantique n'est pas neutre, elle peut être utilisée avec de bonnes ou de mauvaises intentions. L'un des grands avantages de l'informatique quantique est sa capacité à générer des nombres aléatoires. C’est d’ailleurs le fondement même du chiffrement. Les numéros aléatoires sont utilisés comme des clés pour verrouiller les achats en ligne et s'assurer que la banque sait qu’un paiement est réellement effectué. Leur principal intérêt, et la raison pour laquelle ils sont utilisés par les banques et les instances gouvernementales suisses les plus sécurisées, est qu'ils peuvent générer une clé aléatoire à usage unique (ou « one time pad »), un type particulier de clé de chiffrement incassable. Pour l’anecdote, les « time pads » ont été utilisés pour la première fois lors de la Première Guerre mondiale. Ils sont exceptionnellement sécurisés quand ils sont utilisés une seule fois, pour un seul message, ainsi les techniques de décodage ne fonctionnent tout simplement pas. 

L'informatique quantique peut-elle être une arme au service des cybercriminels ? 

Hormis les banques et les gouvernements qui utilisent les nombres aléatoires quantiques, l’informatique quantique présente un aspect plus sombre. Depuis 1994, nous savons que l'informatique quantique atteindra un niveau de performance telle qu’elle pourra être utilisée pour casser la plupart des algorithmes de chiffrements utilisés sur Internet de nos jours. Vingt-trois ans après sa découverte, nous n’en sommes pas encore au point où le cryptage d'Internet est menacé, mais de premiers signes montrent que cela pourrait être le cas dans cinq ans. 

Même si un ordinateur quantique capable de faire tomber le cryptage d'Internet reviendrait certainement beaucoup trop cher, les hackers pourraient-ils un jour être capables d’y parvenir ? Alors que nous venons de quitter 2017, la frontière entre le pirate et l'agresseur parrainé par l'État devient de plus en plus floue. 

Des attaques comme WannaCry, Petya et NotPetya, ont d’abord été considérées comme des actes criminels, les Etats russe et nord-coréen ont ensuite été pointés du doigt. Donc, si nous considérons les pirates informatiques et les criminels parrainés par l'Etat comme un groupe amorphe plus large, alors les scénarios auxquels nous serons confrontés pourraient bien nous rappeler ceux de la saga James Bond ! 

Continuer la lecture sur FinYear

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly